Gérer l’anxiété d’une opération dentaire

Accueil » Comportement » Gérer l’anxiété d’une opération dentaire

Aller chez le dentiste est une véritable source d’angoisse pour un bon nombre d’entre nous. Le stress et l’anxiété sont encore plus vifs quand il faut procéder à une opération dentaire. La vue de l’aiguille et des appareils de soin utilisés par le chirurgien-dentiste, l’odeur des produits, l’appréhension de l’anesthésie et des douleurs… tout cela n’est guère rassurant. On parle même de dentophobie ou de stomatophobie quand ces peurs sont paralysantes et empêchent carrément une personne de se rendre chez le dentiste malgré l’état de ses dents. Comment alors surmonter ses craintes et gérer l’anxiété lorsqu’il faut poser des prothèses dentaires, dévitaliser ou extraire une dent, faire du détartrage, etc. ?

Comprendre votre niveau de peur

1 français sur 10 souffre de la « peur dentaire ».  Certains sont anxieux parce qu’ils craignent les douleurs, d’autres car ils ont l’impression de perdre le contrôle et d’être totalement vulnérables une fois sur la chaise du dentiste. Il y a également ceux qui sont embarrassés ou gênés qu’une tierce personne examine leurs bouches, et enfin, ceux qui ont gardé de mauvais souvenirs de leur passage chez le dentiste dans le passé.

Selon le niveau de votre angoisse, on peut parler de peur du dentiste, d’anxiété dentaire ou de phobie dentaire.

  • Anxiété dentaire : elle relève plus de l’inquiétude et du stress par rapport à l’inconnu. C’est une réaction tout à fait normale pour une première opération vu que la personne ne sait pas trop à quoi s’attendre.
  • Peur du dentiste : la crainte est liée à une expérience traumatisante vécue chez le dentiste. La personne est consciente du danger.
  • Phobie dentaire : elle provoque de vraies terreurs et paniques chez la personne qui en souffre au point de ne mettre un pied dans un cabinet dentaire que lorsque leurs dents sont dans un état lamentable. Les vomissements, évanouissements et autres malaises physiques sont les signes physiques fréquents.

La gestion de l’anxiété : une étape essentielle

Il est essentiel de réussir à gérer votre anxiété pour vous faire opérer chez le dentiste. Si vous évitez systématiquement toute consultation, il est clair que vos problèmes dentaires vont s’aggraver. La formation de plaques dentaires, les caries, les infections, les fractures… vont finir par pourrir la dent et conduire à sa perte. Les bactéries peuvent aussi attaquer les gencives et les différentes zones de la bouche. En outre, les maladies parodontales causent dans les cas les plus graves des troubles cardiaques, des problèmes ORL, des déséquilibres du diabète…

La gestion de la peur du dentiste et de la douleur ne doit pas être un frein à votre opération dentaire. Il est possible de remédier à ce problème avec l’aide de votre chirurgien-dentiste, car un bon chirurgien-dentiste se doit de prendre en charge et d’accompagner son patient de manière à dissiper ses craintes et ses appréhensions. La communication joue alors un rôle important, vous vous sentirez toujours plus en confiance avec un spécialiste qui comprend vos ressentis et ont l’habitude de gérer ces cas. Vous pouvez donc reconnaître la qualité du chirurgien à la qualité de sa prise en charge. Les bouches à oreille restent un excellent moyen d’avoir les meilleures recommandations de chirurgien dentiste à Paris si vous êtes dans la capitale ou dans votre ville. Les premiers échanges et la première visite doivent vous rassurer.

Conseil d’un chirurgien dentiste

Dr. Ari Elhyani – chirurgien dentiste à Paris

« Les techniques dentaires ont beaucoup évolué ces dernières années. On propose aujourd’hui des traitements moins agressifs mais offrant de meilleurs résultats et on utilise des instruments et des équipements plus perfectionnés. Ce que je conseillerai aux patients, c’est de faire part de leurs inquiétudes à leur dentiste qui s’efforcera d’adapter le déroulement du traitement à leur situation. Face à l’anxiété, comprendre en des termes simples les étapes de l’intervention et garder, en quelque sorte une « issue de secours » comme la possibilité d’arrêter les soins, est plus rassurant. Une relation de confiance est réellement de mise. Dans notre cabinet, nous nous assurons du confort de nos patients sur ces différents aspects.»

Quelques conseils pour surmonter la peur dentaire

La première étape pour surmonter la phobie dentaire est de reconnaître vos peurs et d’en comprendre les causes.

  • Parler et discuter avec votre chirurgien-dentiste

Mettez les mots sur les choses qui vous effraient à l’idée de fouler la porte du cabinet du dentiste. Ainsi, il vous sera facile de les affronter et de les expliquer à votre chirurgien-dentiste avant l’intervention. Vous pouvez en discuter avec lui au téléphone avant même votre premier rendez-vous.  A partir de là, il peut déjà évaluer les choses et établir un plan d’action sur les meilleures façons d’aborder votre traitement. Souvent, le dentiste convient avec leur patient de signaux ou de codes de communication lors des soins si vous avez besoin de pause d’un arrête. Certains dentistes, plus habitués à la gestion de l’anxiété, proposent des traitements doux pour débuter avant de procéder à des traitements plus compliqués. D’autres utilisent même la technique pédagogique par la vidéo  pour présenter en image au patient les différentes étapes des soins.

  • La sédation consciente au gaz MEOPA

Elle est de plus en plus utilisée par les dentistes. La solution consiste à faire inhaler au patient le gaz Meopa ou Mélange Équimolaire Oxygène-Protoxyde d’Azote en utilisant un masque. Quelques minutes après la pose du masque, vous vous sentirez entièrement détendu et relaxé tout en restant éveillé. Vous oublierez vos appréhensions. Cette sensation commence à s’estomper dès qu’on retire le masque à la fin de l’intervention et disparaît totalement au bout de 5 minutes. La sédation consciente n’écarte pas l’utilisation d’une anesthésie locale. Le dentiste peut en même temps utiliser des anxiolytiques ou autres médicaments relaxants. Le MEOPA ne provoque aucun effet indésirable. Attention, seuls les dentistes formés et habiletés à cette pratique peuvent l’appliquer avec leurs patients.

  • L’anesthésie générale

Si la MEOPA vous semble encore peu rassurant, l’anesthésie générale est une option qui peut être envisagée. Un chirurgien-dentiste ne choisit cette voie que dans les cas très sérieux où il faut, par exemple, extraire plusieurs dents puis poser des implants ou procéder à des soins parodontaux en plus. Dans ce cas de figure, vous devez être hospitalisé et gardé en observation.

Pour les soins plus courts, le patient peut être perfusé à la neuroleptanalgésie, une anesthésie plus légère composée avec des analgésiques et des sédatifs. Bien qu’elle calme l’angoisse liée à l’opération dentaire, il faut garder à l’esprit que comme toutes les anesthésies, elle présente des risques et des contre-indications.

  • Les techniques de relaxation

Les exercices de relaxation sont aussi une façon comme une autre de calmer vos appréhensions en vue d’une intervention chirurgicale dentaire. Vous pouvez notamment appliquer les techniques de respiration contrôlée afin de relâcher vos muscles et de ralentir votre rythme cardiaque ou bien méditer avant votre rendez-vous. Vous pouvez aussi vous servir d’une boule antistress pour penser à autre chose. D’autres arrivent à atténuer leur stress en écoutant de la musique. A chacun donc son petit « truc » pour éviter les angoisses. Pour vous sentir plus rassuré, vous pouvez aussi vous faire accompagner par un proche.

  • Consulter un psychologue

Lorsqu’aucune des techniques citées ne marche, vous pouvez, en dernier recours, consulter un psychologue. Cela signifie, généralement, que votre phobie est bien plus sérieuse. Ces spécialistes vous proposeront des traitements adéquats pour soigner votre stomatophobie. Les thérapies cognitives et comportementales donnent des résultats plus définitifs.

2019-08-08T16:36:22+00:00